Notre influence sur sa communication

Notre influence sur sa communication

Lors d’une rencontre entre deux chiens, les humains ont souvent tendance à trop et/ou mal intervenir (parfois sans même s’en rendre compte). Que cela soit en parlant aux chiens, en les touchant, en tirant sur leur laisse, la communication qui s’établie entre les deux chiens est en quelque sorte biaisée. Il ne faut pas oublier que le chien est un animal social, qui a besoin de plus ou moins de contacts et qui (normalement), sait communiquer avec ses propres codes. Si nous l’empêchons de produire les bons signaux ou même que nous l’encourageons à en produire de mauvais, notre chien peut vite devenir difficile à lire par ses congénères. Il peut aussi devenir “nul” en lecture et respect des signaux d’autrui, et donc être à la source de certains conflits.

Bien sûr, il faudra intervenir dans certains cas de rééducation si le chien présente de base des soucis de communication. Mais notre influence devra être minime pour premièrement, favoriser son autonomie, et deuxièmement pour ne pas lui “couper la parole” et le laisser s’exprimer (du moment qu’il ne mange pas le chien d’en face). Oui, votre chien a le droit de ne pas vouloir interagir avec certains congénères et il a le droit de le leur signifier ! Il doit juste le leur dire clairement et de la bonne manière…

D’où l’intérêt d’apprendre à lire son chien et ceux des autres… Si on connait leurs signaux, on peut adapter nos comportements en fonction ! Une chienne qui dit non proprement au chevauchement devrait être encouragée et non réprimandée. Un chien qui grogne sur un congénère car il lui arrive droit dessus en courant a raison de produire ce comportement car cela ne se fait pas chez les chiens (il me semble que chez les humains non plus 🤔 )… Un chien qui aboie sur un autre car il le fixe intensément n’est pas forcement en tort… Trop souvent, par peur et pression sociale, on réprimande des comportements qui nous semblent inappropriés alors qu’ils font juste partie du répertoire comportemental normal de nos compagnons… A l’inverse, on peut renforcer certains comportements que l’on trouve “mignons” et “adorables” alors qu’ils sont parfois impolis ou bien signes que notre chien n’est pas à l’aise dans telle ou telle situation. La course poursuite en est un plutôt bon exemple : celui qui court après l’autre est en train de prédater (pas très sympa en soit…), celui qui se fait courser est souvent en difficulté ou bien en recherche d’excitation car peut-être en décharge émotionnelle (non, il ne court pas exprès pour se faire pincer les fesses)…

Tout ça pour dire que l’on doit faire attention à nos interventions pendant une rencontre ou même pendant n’importe quelle interaction entre deux chiens. Cela nous permettra d’observer de vrais comportements, de cerner plus rapidement certains problèmes, de les régler plus facilement, et surtout de ne pas résigner notre chien à ne plus communiquer… Car un chien qui ne communique plus n’est plus un chien !